L'histoire de la Pot Bouille , tout Savignéen pourrait vous la raconter...

 

En 1812, Louis Lerouge, un maître des postes gagne une vache lors d'une partie de cartes.

 

Cet animal l'encombre et il décide alors de le faire cuire sur la place de l'Eglise, dans des chaudières et d'offrir la viande aux miséreux du village.

Ainsi chaque année, au moment du Carnaval, tous les habitants contribuaient à la préparation de la "pot-bouille". Des collecteurs passaient dans les maisons et récoltaient les ingrédients indispensables au pot-au-feu.

 

Le dimanche gras, la vache destinée à terminer dans l'estomac des savignéens était promenée dans les rues du village, enrubannée et escortée par les collecteurs, habillés en bouchers qui faisaient office de cuisiniers et de marmitons.

 

Et le mardi gras, la bête était mise à cuire dans les chaudières et le bouillon et la viande étaient distribués à tous ceux qui le désiraient. A cette époque, les gens venaient de très loin pour déguster un repas copieux et gratuit.

 

Lors de la première guerre mondiale , cette coutume passa aux oubliettes et ce n'est qu'en 1979 que le comité des fêtes de Savigné fit renaître cette tradition. M. METIVIER , président du comité des fêtes de l'époque lance l'idée du pot-au-feu sur la place publique.

 

Depuis chaque année, 15 jours avant Pâques, au mois de mars ou avril, les savignéens entretiennent la tradition de la "pot-bouille".

Chacun se régale de ce plat cuisiné dans 17 chaudrons alignés, tout d'bord sur le trottoir près de l'Eglise puis depuis quelques années, pour des raisons de sécurité et afin de limiter la location de barnums, auprès de la salle Michel Berger.

"Bouillette" toute enrubannée, comme à à l'ancienne, fut promenée longtemps au bout d'une corde, lors d'un célèbre défilé, puis dans une remorque de tracteur pour des raisons de sécurité.

En 2019 , le comité des fêtes abandonne la tradition du défilé, les groupes sont plus difficiles à trouver, les journées sont froides pour les jeunes majorettes et le public manque à l'appel.

 

Mais la pot-bouille est une valeur sûre, les amateurs viennent de toute la Sarthe et même au delà pour déguster ce pot-au-feu à l'ancienne.

Une, quatre, sept, quatorze, ving- quatre parts...Les acheteurs de pot-bouille, à Savigné prévoient large.

Les plus prévoyants ont réservé leur repas dansant, d'autres dégusteront dans la chaumière le samedi ou le dimanche. Mais les plus nombreux sont ceux qui arrivent avec leurs cocottes sans oublier le bocal pour la célèbre sauce.

La queue s'allonge à partir de 14h le samedi , mais là tout près, des animations sur podium, des déambulations de musique et de la famille pot-bouille en tenue du dimanche puis divers stands, font patienter la foule qui se presse autour des chaudières.

Le dimanche matin après l'allumage des chaudières à 4heures , les coccottes seront servies à partir de 10h et dégustation sous chaumière à partir de midi. Et là aussi des animations accompagnent les visiteurs.

 

Mais du côté des bénévoles et des comités des fêtes successifs c'est une toute autre histoire

 

Pas moins de 85 bénévoles sont présents tout au  long du week end . Mais aussi bien avant ...

Dès la fin de l'année les 25 membres du conseil d'administration sont à l'oeuvre. Recherches d'animations, remise en état du matériel ... mais là où tout le monde s'active c'est la semaine précédent la pot-bouille

 

Le mercredi, les membres du conseil d'administration se réunissent l'après-midi  et exécute la pluche des oignons, de l'ail,et préparent les aromates ...

et dès la fin des corvées tapent la belote pour se mettre dans l'ambiance.

 

Le jeudi après-midi toutes les bonnes volontés du village viennent pour la grande pluche des légumes, actuellement 750kg de poiraux autant de choux et de carottes. Il n'est pas rare de se retrouver à près de 100 personnes ... Autrefois c'était le soir après le travail ...

 

Les présidents de comité qui se sont succédé :

En travaux .... suite à venir